Return to site

Explosion du cyber-harcèlement : les ados en danger.

· Fame,Réseau social,Cyber-harcèlement,Ado,Danger

Entre haine, amitié et jalousie, les réseaux sociaux ne sont plus forcément nos amis !

Créés pour garder contact avec ses amis, les réseaux sociaux tendent à changer de cap pour devenir des déversoirs de haine. Régulièrement mis en cause dans des phénomènes de harcèlement ou d'appel à la violence, ils continuent cependant de récolter un succès grandissant auprès des jeunes. Véritable phénomène de mode, ils se déclinent aujourd'hui dans de nombreux formats. Partage d'opinions, de photos ou vidéos, ils offrent des supports de plus en plus variés. Dans une société de plus en plus connectés n'en viendraient-ils pas à constituer un vrai danger pour les ados ?

De nos jours, les ados sont de plus en plus victimes d'actes malveillants sur les réseaux sociaux. Véritable phénomène de société, cette nouvelle forme de cybercriminalité a des conséquences importantes sur la vie des jeunes. Multiplication des plateformes, anonymat, manque protection ou impunité ne sont que quelques-unes des causes de cette augmentation.

COMPRENDRE LE PHÉNOMÈNE

Le cyber-harcèlement c'est quoi ?

Le cyber-harcèlement est défini comme "un acte agressif, intentionnel perpétré par un individu ou un groupe d’individus au moyen de formes de communication électroniques, de façon répétée à l’encontre d’une victime qui ne peut facilement se défendre seule1".

Qui sont les harceleurs ?

On lui aurait donné le bon Dieu sans confession. C'est souvent la première expression entendue lorsque l'on démasque un harceleur. Généralement doués d'un sens inné pour la communication, ces enfants sont bons élèves et particulièrement sociables. C'est d'ailleurs cette capacité à fédérer de larges communautés qui les rend si dangereux.

1 Smith, P.K., Mahdavi, J., Carvalho, M., Fisher, S., Russel, S., & Tippett, N. (2008).Cyberbullying: Its nature and impact in secondary school pupils. Journal of Child, Psychology and Psychiatry, 49,p 376

Suiveur ou meneur ?

Le harcèlement provient généralement d'une personne pour qui la haine, l'humiliation et la violence sont inscrits dans le comportement. Cependant, dans la réalité les faits sont bien plus complexes.

Dans la majorité des cas, le cyber-harcèlement est le fait d'un groupe d'individus. Bien entendu, un leader, souvent un enfant populaire, mène la danse. Il ne faut, néanmoins, pas oublier qu'à côté du meneur, il y a des suiveurs. Ces enfants sont entraînés par l'effet de groupe. En ne sachant comment se positionner ou en supportant franchement le leader, ils l'incitent à poursuivre ses actions. Par opportunisme ou par passivité, ils deviennent donc également des harceleurs.

Le cyber-harcèlement en chiffre

Récent, le cyber-harcèlement n'en détient pas pour le moins des statistiques effrayantes.

En effet, selon des études récentes, 40 % des enfants ont été victimes d'agression sur le Web. Parmi ceux-ci, 22 % n'osent pas en parler et plus de 60 % minimisent les faits par peur des représailles. Dans l'impossibilité de se construire ou de se défendre, ces jeunes pensent souvent au pire. Les chiffres révèlent en effet que 61 % d'entre eux ont déjà pensé au suicide.

Le plus triste est certainement de constater que 85 % de ses actes sont commis par des groupes. Un peu plus de responsabilité de la part des témoins permettrait donc de réduire drastiquement le nombre de victimes. Les enquêtes révèlent également que, sous le sceau de l'anonymat, 22,5 % des jeunes reconnaissent avoir déjà été l'auteur d'un fait de harcèlement.

POURQUOI UNE TELLE AUGMENTATION ?

L'explosion du nombre de faits de cyber-harcèlement est réelle. Elle est en partie due aux plus nombreuses dénonciations et il faut s'en féliciter. Cependant, notre mode de vie, le fonctionnement de notre société et les évolutions technologiques ne sont pas non plus étrangères à ce phénomène.

La société

Dans une société de plus en plus individuelle, les jeunes sont parfois en panne de repères. Faute de pouvoir se construire, ils pensent que détruire sera la meilleure manière d'exister. Détachés de la réalité, ils s'en prennent alors à ce qui semble bénéficier d'une qualité qui leur fait défaut. Ce phénomène, bien que connu, trouve une résonance nouvelle avec les réseaux sociaux. Le harcèlement ne s'arrête plus aux portes de l'école. Il s'insinue, perfide, au cœur de la vie de la victime.

L'augmentation des réseaux sociaux

En proposant des fonctionnalités de plus en plus variées, la constante augmentation des réseaux sociaux est également un facteur aggravant. Entre les photos, les vidéos et les prises de position, les jeunes sont vite débordés par la gestion des diverses plates-formes sur lesquelles ils s'expriment. Plus ils ouvrent de profils, plus ils s'exposent.

Par ailleurs, plus la consommation de médias sociaux est importante, plus les jeunes s'isolent de la vie réelle. Dans ce cadre, le cyber-harcèlement prend une place prépondérante dans la construction ou la destruction des individus.

L'anonymat

En créant de nombreux pseudos fictifs, les harceleurs se sentent protégé par l'anonymat. Sous une fausse identité, ils peuvent alors sévir en toute impunité. La victime ne peut les identifier. Ils se sentent surpuissants et infiltrent la vie de leurs victimes. Des insultes aux menaces en passant par les photomontages, ils détruisent peu à peu celui ou celle dont ils ont fait leurs têtes de Turc.

Cependant, cet anonymat est très relatif. Les réseaux sociaux sont de plus en plus conscients des utilisations malveillantes et n'hésitent plus à fermer les comptes frauduleux. De plus, la police remonte facilement les adresses IP pour retrouver les coupables.

Les pratiques dangereuses

Sous une apparente sécurité, les réseaux sociaux se révèlent être des pièges à innocence. Désinhibés par l'écran, de nombreux jeunes manquent de vigilance ou de recul. Ils ont des pratiques insouciantes qui les mettent en danger. Bien que les spécialistes le martèlent depuis des années, il est essentiel de ne jamais dévoiler des données privées sans connaître personnellement son interlocuteur. De même, il faut agir avec une plus grande prudence lorsque l'on publie des photos ou des vidéos. N'oubliez jamais que le diable se cache dans les détails et que le net regorge de personnes mal intentionnées.

Phénomène de société ou véritable tendance criminelle, le cyber-harcèlement sur les réseaux sociaux est réalité avec laquelle il faut maintenant composer. Sur Internet ou ailleurs … Faites attention à vous !

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly